Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


Ils sont venus de loin

           Je garde souvenir d’une belle expérience vécue avec un couple de Stoke, il y a quelques années. Un long périple a conduit ces deux parents au Vietnam d’où ils sont revenus, en début décembre, avec les deux jeunes : une fille, Nghin, deux ans et demi, et un garçon, Huu, cinq ans.  Ces enfants sont venus de loin sur une terre complètement étrangère, au milieu de personnes dont ils ne connaissaient même pas la langue.

             Une semaine après leur arrivée, le père adoptif les a amenés à une fête de Noël pour les enfants.  Je m’attendais à voir des enfants timides, n’osant pas trop se mêler aux autres.  La réalité fut toute différente.  Ils ont joué avec les autres comme en pays de connaissance depuis toujours.  C’était merveilleux de les voir agir et de voir la réaction du groupe à leur égard.  Ces enfants, venus de loin, semblaient tout à fait à l’aise avec la vie, avec l’amitié, avec le partage.  Pour eux, aucune frontière de race, ni de langue, ni de culture.

             Encore aujourd’hui, je conserve un souvenir ému de mes nombreuses rencontres avec cette nouvelle famille.  Nous venons de fêter la naissance d’un enfant lui aussi venu de loin : Jésus.  Il est venu d’un monde tout autre que le nôtre.  Pourtant, ce Jésus est tout à fait à l’aise avec la vie, avec l’amitié, avec l’amour, avec le partage.  En lui, son entourage se reconnaît comme s’il avait toujours été de chez nous.  Cela aussi est merveilleux.  À son contact, son entourage découvre la paix, la joie et l’espérance.

             Ces situations contrastent avec les événements douloureux vécus un peu partout dans le monde.  La guerre en Afghanistan, en Irak de même qu’en Israël nous montrent que nous ne sommes pas toujours à l’aise avec la vie, le respect, l’amour et l’accueil sans frontière.  Notre humanité a encore beaucoup de chemin à parcourir.  Ce chemin est bien plus long et difficile que celui des Mages venus d’Orient adorer le Jésus de la crèche.

             La venue de ces jeunes Vietnamiens, la venue de Jésus, l’Emmanuel, le Dieu avec nous, apportent un souffle d’espérance.  Nos rêves d’un monde meilleur sont encore réalisables.  Que Jésus, dont nous rappelons avec joie la naissance, nous donne d’en reconnaître les traces aujourd’hui.  Qu’il raffermisse nos pas trop hésitants sur le long chemin de la paix et de la solidarité entre les humains.

             Que Nghin, Huu et Jésus, venus de loin, ouvrent nos yeux et notre coeur.  Pas à pas, habités par Jésus, nous apprendrons, nous aussi, à être à l’aise avec la vie et l’amour.  Je souhaite qu’en ce temps  de la nouvelle année, nous passions du souvenir à la présence.  Puissions-nous passer du Jésus de la crèche à ce Jésus, vivant avec nous.  Il est capable de nous remettre en marche les uns vers les autres et les uns avec les autres.  Jésus est venu de loin.  Découvrons-le tout près de nous.

André Castonguay, ptre curé

 

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil