Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


Nous avons vécu une belle année!

Ce à quoi nous avons rêvé et à quoi nous avons travailllé durant plusieurs années s’achève en cette fin de semaine de fête.  Notre année jubilaire prend fin ce dimanche 9 septembre 2007.  Les activités furent nombreuses, les rencontres joyeuses et les coeurs enflammés.

 Notre regard s’est porté du côté de nos racines.  Notre reconnaissance s’est exprimée pour nos ancêtres et pour tous ceux et celles qui ont défriché et semé jusqu’à nos jours. 

 

Ils ont semé ce que nous récoltons.  Nous, nous semons à notre tour pour porter de nouveaux fruits.  Ils ont ouvert les chemins que nous empruntons.  Nous, nous continuons de marquer le pas avec un élan dans le coeur que rien ne pourra arrêter. 

 

Notre regard, porté avec confiance et audace vers l’avenir, ouvre à une vie nouvelle pour nous-mêmes et pour tous ceux et celles qui, après nous, sèmeront et prendront la route à leur tour.

 

Nous avons vécu une belle année.  Mais le plus beau reste à venir.  Cette beauté resplendira à la mesure de la générosité de notre coeur qui se donnera de la peine pour bâtir encore et créer de nouveaux liens. 

Nos ancêtres ont défriché et planté.  Nous le faisons aussi, le regard tourné vers demain, un regard qui fait vivre.

 

Nous avons planté une épinette bleue devant l’église.  Cette épinette marque le temps.  Elle est déjà à maturité.  Cette maturité, notre communauté l’a acquise depuis cinquante ans.  Ce que deviendra cette épinette bleue, nous l’entrevoyons déjà dans ce nouveau matin où brille l’espérance.  Cette épinette bleue, signe pour notre communauté, deviendra majestueuse.

Il nous est permis d’espérer un jour brillant pour notre communauté.  Il nous est permis d’entrevoir les joies de nouvelles récoltes.  Tout cela est possible car notre espérance est active, parce que notre foi prend racine en Jésus-Christ qui nous habite.

 Chacun a reçu les dons de l’Esprit au service de l’ensemble de la communauté.  Dieu agit par tous.

 Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé, mais c’est Dieu qui faisait croître.  Ainsi celui qui plante n’est rien, celui qui arrose n’est rien : Dieu seul compte, lui qui fait croître.  Celui qui plante et celui qui arrose, c’est tout un... Car nous travaillons ensemble à l’oeuvre de Dieu et vous êtes le champ que Dieu cultive, la maison qu’il construit.  (1 Cor 3, 6-9)

 Nous sommes le champ que Dieu cultive.  Qu’il fasse croître encore de nombreux fruits de son amour jusqu’à ce que nous atteignons ensemble la plénitude du Christ.

 André Castonguay, ptre curé

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil