Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


La résurrection un chemin

J'ai rencontré une personne l'autre jour qui m'a raconté comment elle était ennuyée par une personne qui était passée près d'elle sans la voir. On dirait que cette personne est indépendante, hautaine. On a beau la saluer quand on la rencontre, on dirait qu'elle ne nous voit pas ou qu'elle ne veut pas nous voir. Elle passe près de nous sans nous voir même si on la salue. En réalité, cette personne n'est pas hautaine. Elle passe vraiment sans voir le monde qu'elle croise. Elle est si pressée, si stressée par son travail qu'elle passe sans voir. Ce n'est pas par mauvaise volonté ou par mépris des gens.

Je crois que nous vivons tous et toutes des situations semblables. Non pas que nous ne voyions pas les personnes que nous rencontrons, mais que souvent nous passons notre vie sans la voir. Nous vivons des événements, des situations souvent sans trop les voir, sans trop les comprendre. À un certain moment donné, nous vivons un événement très fort, très bousculant qui nous remue complètement. Et là, on se met à voir sa vie comme on ne l'avait jamais vue, on se met à faire des liens entre tous les événements de notre vie. On avait passé sans voir sa vie et voici qu'on la voit de toute autre façon, on ne la comprend plus de la même façon. Et sa vie prend une orientation nouvelle.

C'est une expérience semblable que les apôtres ont vécue avec Jésus. Ils sont passés à côté de Jésus sans le voir, sans véritablement le connaître et le comprendre. Ce n'est qu'après la résurrection, alors que Jésus leur est apparu, qu'il s'est fait voir à eux, que les apôtres l'ont vu pour ce qu'il était réellement. Tout à coup ils ont réalisé qu'ils avaient passé à côté de Jésus sans le voir. Et puis ils se sont mis à se rappeler tous les événements de leur vie, ils se sont mis à repasser toutes les paroles de Jésus. C'est à partir de ce moment là qu'ils l'ont véritablement connu, qu'ils ont compris, qu'ils ont été capables de faire des liens entre tous les événements qu'ils avaient vécus. Leur vie a pris une toute autre orientation.

Non seulement les apôtres ont vu Jésus ressuscité d'une autre façon, mais ils ont vu leur propre vie autrement. Les moments joyeux, les moments tristes, les russites, les échecs, les espérances comme les souffrances, tout cela a prit un sens nouveau. Ils ont découvert la force de la vie, la force de l'amour même à travers ce qui semblait sans issue. La résurrection de Jésus est apparue pour eux comme un chemin: un chemin d'espérance, un chemin d'amour, un chemin de vie.

La résurrection est un chemin que Dieu ouvre dans notre vie, un chemin qu'il trace avec nous alors même que nous pensons parfois aller nulle part ou tourner en rond. On ne tourne pas en rond, on ne revient pas en arrière. Dieu trace avec nous un chemin qui mène à la vie, un chemin où même ce qui semble n'avoir aucun sens fait partie de ce chemin vers la vie. Dieu ne rejette rien de ce que nous sommes ou de ce que nous avons vécu. Jésus ressuscité nous amène à assumer, à ramasser notre vie toute entière.

Tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons vécu nous suit toute notre vie. On ne peut pas faire que ce que nous avons vécu ne soit plus là. Et Jésus ressuscité ne rejette rien de ce que nous sommes ou de ce que nous avons vécu. Même nos souffrances, même nos péchés, Jésus ressuscité les accueille. C'est précisément dans tout cela, avec tout cela que Jésus trace un chemin, qu'il ouvre une espérance nouvelle.

Les apôtres ont passé trois ans avec Jésus sans le voir. Jésus ressuscité s'est fait voir à eux. Leur regard a changé: ils ne voyaient plus la vie de Jésus de la même façon, ils ne voyaient plus leur propre vie de la même façon. Après la résurrection, les apôtres étaient méconnaissables tellement ils avaient changé. À la suite de Jésus ressuscité, ils ont vu un chemin neuf dans leur vie. Ils n'ont jamais abandonné ce chemin par la suite. Nous, aujourd'hui, passons-nous notre vie sans voir Jésus?

La résurrection est un chemin d'amour et de vie. Ce chemin il est déjà en train de se tracer entre nous et Dieu, entre nous et les autres. La résurrection, ce n'est pas lorsque nous mourrons seulement. La résurrection c'est ce chemin qui est déjà en nous et que nous empruntons à la suite de Jésus jusqu'à ce qu'il accomplisse en nous ce qui est déjà réalisé en plénitude en lui. Tout ce que nous sommes fait partie de ce chemin, même nos erreurs, mêmes nos bêtises, même nos péchés.

Nos expériences, qu'elles soient heureuses ou malheureuses nous suivent toujours. On ne peut pas faire qu'elles ne soient plus là. À chaque fois que je m'arrête à me regarder les genoux, je me rappelle toujours des événements que j'ai vécus dans mon enfance. Je ne peux pas faire autrement. J'ai des cicatrices qui parlent, qui me rappelle les fouilles nombreuses que j'ai prises en voitures et en bicycle lorsque j'étais jeune. J'aurais beau vouloir effacer tout cela, je ne le peux pas. J'ai été marqué par ces nombreuses fouilles. Je ne veux pas non plus les effacer. J'ai appris beaucoup par elles. J'ai appris à trouver un équilibre, j'ai appris à me développer. J'ai appris aussi par bien d'autres fouilles dans ma vie. Et je n'étais pas en bicycle. J'ai moi aussi fait des fouilles dans la vie, j'ai moi aussi fait des bêtises, des erreurs dans ma vie. Je suis moi aussi un pécheur. J'aimerais bien qu'il en soit autrement, mais c'est ainsi. Je ne peux pas faire que ce ne soit pas. Nos expériences heureuses comme malheureuses nous suivent toute notre vie, nous font être ce que nous sommes aujourd'hui.

En fait, tout cela c'est un chemin, un chemin de vie. C'est le chemin que le Christ ressuscité trace avec nous pour nous conduire à la vie malgré tous les détours du chemin, malgré toutes les noirceurs, malgré tout ce qui semble bloqué en nous. La résurrection de Jésus est déjà à l'oeuvre en nous comme un chemin pour ouvrir ce qui est bloqué, pour donner force à ce qui faiblit, pour donner une dimension nouvelle à ce qui semble dépourvu de sens. À chaque fois que je fais un pas en avant, à chaque fois que j'aide une autre personne à vivre plus d'espérance, plus d'amour et de vie, je prends conscience que la résurrection de Jésus trace son chemin dans ma vie et dans celle des autres.

Tous et toutes ensemble, puissions-nous reconnaître le Christ Jésus ressuscité passant près de nous sur tous nos chemins. Puissions-nous puiser dans sa résurrection un sens à toute notre vie. Puissions-nous puiser en lui la vie et devenir à notre tour porteur de vie pour tous ceux et celles dont nous croisons le chemin.

André Castonguay, ptre curé

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil