Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


L'heure des choix

 

Nous sommes à l’heure des choix.  En effet, le mercredi 21 février dernier, M. Jean Charest, premier ministre de la province, a lancé la campagne électorale au Québec.  Donc, 33 jours préparatoires au choix le 26 mars prochain.

L’heure est vraiment aux choix.  Car ce mercredi 21 février marquait aussi l’envoi d’une autre campagne, de 40 jours, le carême, aboutissant à Pâques.  Un temps pour réfléchir sur le programme de Jésus et pour décider de lui faire confiance ou non, pour décider de le suivre ou non, pour décider de faire nôtre son programme de vie.

L’heure du choix politique tombera le 26 mars prochain.  Avez-vous remarqué que ce 26 mars est aussi la date d’un autre choix très décisif pour l’avenir de notre humanité?  En effet, le 26 mars sera la fête de l’Annonciation.  C’est habituellement le 25 mars.  Mais comme le 25 mars tombe un dimanche, la fête est reportée au lundi 26 mars.

L’Annonciation, c’est l’heure du choix pour Marie.  Un choix aux conséquences énormes pour notre humanité.  Marie, ce jour-là, a décidé de faire confiance à Dieu, de prendre la route avec lui pour donner naissance à celui qui deviendrait le Sauveur de l’humanité.  Marie a voté pour Dieu, faisant confiance à son programme de vie pour nous.

Jésus fait campagne, non pas 33 jours, mais 3 ans.  Il  parcourt, avec un âne comme autobus, toutes les routes d’Israël.  Toujours, il parle d'amour, toujours il parle d’espérance en s’adressant, non pas à une élite seulement, mais à tout le peuple.  Et puis, après une campagne très mouvementée et aussi très éprouvante, surtout dans le dernier droit, à l’âge de 33 ans, il triomphe en ce matin de Pâques qui a totalement changé l’avenir de notre monde.

C’est l’heure des choix.  Qui voulons-nous comme député et comme premier ministre?  Quel programme rejoint le plus nos valeurs profondes?  33 jours pour réfléchir, nous faire une idée et finalement faire notre choix.

C’est l’heure des choix.  Qui voulons-nous comme guide de notre vie, comme premier au coeur de notre vie?  Voulons-nous choisir Jésus ou un autre guide spirituel? 40 jours pour réfléchir, écouter la parole de Jésus, mieux le connaître et finalement choisir ou non de miser notre vie sur lui.

Aujourd’hui, dans les premiers jours de sa campagne, Jésus se rend au désert.  Drôle d’endroit pour faire campagne.  Il n’y rencontrera pas beaucoup de monde.  C’est vrai.  Mais pour lui, c’est une manière de lac à l’épaule.  On devrait dire de désert à l’épaule.  C’est le temps pour lui-même de mettre la dernière main à son programme.  Comme dans tout lac à l’épaule, il y a des positions contradictoires entre lesquelles trancher.  Jésus a le choix.  Prendre le parti du diable ou le parti de Dieu.  Faire bombance ou se nourrir de la justice de Dieu.  Choisir une gloire personnelle instantanée, de façade, ou choisir le règne de Dieu.  Défier Dieu ou lui faire confiance.   Jésus choisit le parti de Dieu, le programme de Dieu avec comme premier point la règle d’aimer Dieu de tout son coeur et comme deuxième point la règle d’aimer son prochain comme soi-même.

Les partis qui se présentent aux élections écrivent les énoncés de leurs programmes dans des brochures largement distribuées et disponibles sur toutes les tribunes. 

Jésus, de son côté, nous transmet les énoncés de son programme dans les Évangiles et les autres écrits du Nouveau Testament.  Ces Évangiles sont abondamment distribués et disponibles sur toutes les tribunes dépassant très largement les frontières du Québec, rejoignant les hommes et les femmes de partout sur la terre.  La campagne de Jésus, est non seulement pan-québécoise, elle est pan-canadienne et pan-terrienne.

Dans tout bon programme électoral, il y a des priorités.  Celle qui semble revenir le plus chez tous les candidats et candidates est la santé.  Il faut améliorer la santé et les moyens de l’atteindre et de la conserver.  Il faut éliminer les listes d’attente qui empêchent de recouvrer une santé blessée ou perdue.

Jésus a aussi comme priorité la santé : c’est la santé de l’âme et du coeur habités et nourris par l’Amour.  Lui aussi, il veut éliminer les listes d’attente.  Il va tout mettre en place pour nous aider à ouvrir sans attente notre coeur à Dieu et aux autres.  Il veut éliminer les listes d’attente à la porte de notre coeur et ainsi mettre en oeuvre, sans tarder, la guérison des coeurs et la santé dans nos relations humaines.

Les accommodements raisonnables feront sûrement partie des discussions.  Comment gérer un vivre ensemble dans le respect mutuel. 

Jésus a lui aussi sa petite idée, ou plutôt sa grande idée sur les accommodements raisonnables.  Pour lui, il n’y a pas frontières entre les humains, et tout homme et toute femme sont frère et soeur et fils et fille d’un même Père qui ne fait pas de différence entre ses enfants.  Mais c’est là, il faut en convenir, un élément de son programme sur lequel nous n’avons pas encore fini de réfléchir et que nous avons encore peine à mettre en oeuvre.  Mais lui Jésus, il y croit et nous promet son Esprit pour nous aider à le réaliser.  Il appelle cela la venue progressive et assurée du Royaume de Dieu sur notre terre.

Évidemment, il faut se doter des moyens nécessaires à la réalisation de nos priorités.  Dans la politique, une des avenues est le PPP : le Partenariat Public Privé. 

Jésus n’est pas en reste.  Il a aussi son programme de PPP : Prière, Privation, Partage.  C’est ce qu’il nous propose en ce début de campagne.  Le PPP, Prière, Privation et Partage, est selon lui la clef pour ouvrir la porte de notre coeur à Dieu et aux autres.  Il nous affirme que cela vaut la peine de l’essayer, de nous y lancer.  D’autres avant nous ont mis en place ce PPP, Prière, Privation et Partage, et ont connu un franc succès.  Et Jésus ne parle pas à travers son chapeau.  Avant de nous l’enseigner, il l’a d’abord lui-même mis en pratique par son passage au désert, ses trois ans de campagne et sa victoire à l’âge de 33 ans.

Tous les bons candidats et les bonnes candidates veulent travailler sur le terrain, proches de leurs électeurs et électrices.  Avec eux et avec elles, ils veulent travailler au bien de l’ensemble.  Ce sont des élus au service de la population.

Encore là, Jésus n’est pas en reste.  Il nous promet qu’il sera avec nous, à nos côtés, jusqu’à la fin du monde.  Il ne nous laissera jamais seul.  Il travaille avec nous pour que le Royaume prenne racine en nos coeurs et dans notre monde.  Avec nous, il travaille à la santé de notre âme et de notre coeur afin que nous portions de nombreux fruits d’amour pour la joie de tous.

Nous sommes à l’heure des choix.  Nous avons 40 jours de campagne pour prier, écouter, réfléchir, nous entraîner et finalement décider ou non de choisir le Christ Jésus.  Il nous offre son amour et sa vie.  Il nous offre un programme à nul autre pareil.

À nous de choisir.

À tous et à toutes, je souhaite :

bonne campagne 2007.

 

André Castonguay, ptre curé

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil