Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


De la croix à la vie

Comme les apôtres, avant la mort et la résurrection de Jésus,

je suis enclin à éviter la croix

pour ne penser qu’à la résurrection.

Pourtant, je ne puis l’éviter.

Elle est trop solidement plantée au coeur de notre monde.

Et Jésus a voulu en faire le chemin de la vie.

Aujourd’hui, je suis invité à jeter un regard sur cette croix

dressée il y a près de 2000 ans

et devenue, pour nous, signe du salut.

 

Près de 2000 ans.

Il y a bien longtemps.

Une croix s’est levée.

Une croix s’est dressée dans le ciel.

Il faisait sombre ce jour-là.

Il fait toujours sombre

au pied d’une croix.

 

Distraitement,

par curiosité ou amusement,

des passant ont ralenti le pas,

ils ont jeté les yeux sur cette croix.

Mais, le soir tombant,

seules quelques silhouettes

se profilaient près de la croix.

La croix est amie de la solitude;

peu aiment sa compagnie.

 

Près de 2000 ans.

Elles sont nombreuses ces croix

en tout temps et en tout lieu.

Croix de tous ceux et celles

qui souffrent sur la terre,

de ceux qui sont malades,

désespérés,

des chômeurs, des solitaires,

des abandonnés;

croix des victimes d’injustice,

des victimes de la guerre;

croix des pauvres,

des mal aimés.

 

Croix rencontrées

à la croisée de tous les chemins.

Croix plantées par ces hommes,

ces femmes, ces enfants égarés

qui ont perdu les chemins

de la joie et de l’amour,

et se laissent entraîner

sur les chemins

de l’indifférence et de la haine.

 

Il y a près de 2000 ans,

une croix s’est levée, lourde croix,

croix meurtrie de toutes ces blessures

infligées à l’homme par l’homme.

 

Une croix s’est levée.

Croix plantée au coeur d’un Dieu

à l’amour défiguré, transpercé.

Est venu un homme

du nom de Jésus.

Il a ouvert les bras.

Il a mis à nu son coeur.

Un chant d’espérance

sortait de ses lèvres.

Sur toutes nos croix,

il a étendu les bras.

Son coeur s’est laissé transpercer

avec les nôtres.

À nos oreilles est parvenue

la Bonne Nouvelle du Salut.

 

Comme nos coeurs sont lents à croire.

Comme nos pas sont hésitants

à emboîter les siens.

 

Jésus, aujourd’hui,

viens encore sur nos routes,

explique-nous les Écritures,

ouvres nos coeurs à ton salut.

 

La croix des hommes

est devenue pour nous

espérance de salut en Jésus Christ.

Jésus a étendu les bras sur la croix

pour nous arracher à la mort.

Son amour a ressuscité la vie.

Jésus s’est levé d’entre les morts

pour être cause du salut de tous,

pour être lumière sur nos pas.

 

Tournons nos coeurs vers lui,

marchons à sa lumière,

il nous fera passer de la croix à la vie.

André Castonguay, ptre curé

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil