Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


L'amour, un sport extrême

Avons-nous le goût du sport extrême?  Avons-nous le goût de la sécurité extrême?  Il y a des risques qui sont folie, dans le sport comme ailleurs. Mais la vie sans risque n’existe pas.

 Aujourd’hui, l’amour et le mariage semblent  un sport, un risque extrême.  Qui sait comment va se passer l’aventure et comment elle va finir. Cela engendre des peurs. On a peur de s’engager pour les autres ou dans l’amour en couple et de se marier.

 Le risque existe dans tous les domaines de la vie.  Alors, on s’assure, ou on ne s’engage pas, ou on cherche des coupables.  Pour être sûr de ne pas faire d’erreur, on ne fait rien.  On appelle cela une peur chronique.

 D’autres se lancent dans tout les yeux fermés, sans préparation, sans s’assurer de réajuster le tir à mesure qu’ils avancent.  On appelle cela de la témérité.

Tout dépend de notre force de vivre.  La peur du risque grandit dans la mesure de la diminution de notre force de vivre.  Entre la peur chronique et la témérité, il y a de la place pour la vigilance, le courage, le travail, la persévérance, la confiance.

 Aimer, c’est risquer de souffrir.  S’engager pour les autres, peu importe le domaine de son engagement, c’est risquer de se tromper. Mais la vie est à ce prix.  Il y a un art du risque, un savoir du risque. Cela s’apprend.

 Vaincre ses peurs est nécessaire à toute vie.  L’oiseau doit se lancer dans le vide pour découvrir qu’il peut voler.  Le risque est nécessaire à tout apprentissage, à toute croissance.  L’amour est un sport extrême aujourd’hui.  Mais l’amour est la plus belle réalit déposée en nos coeurs par un Dieu qui est lui-même amour.

 Ce Dieu a pris le risque de nous créer libres, capables du meilleur et du pire.  l a pris le risque de prendre notre condition humaine en Jésus.  Il a pris le risque d’être vulnérable au milieu de nous.  Et nous lui avons bien fait sentir sa vulnérabilité en le clouant sur la croix.  Mais sa vie et son amour se sont montrés les plus forts.  Malgré tout, il prend encore aujourd’hui le risque de nous aimer, de naître au milieu de nous et de compter sur nous pour bâtir un monde qui a pour fondation l’amour.

 L’amour est un sport extrême.  Je vous pose la question aujourd’hui.  Avez-vous le goût et le courage d’apprendre ce sport extrême pour gagner le plus grand trophée de votre vie?  Avez-vous la volonté de savoir risquer pour gagner la vie?

 Lui Jésus nous dit aujourd’hui que pour entrer dans le Royaume de Dieu, pour déjà être habité de l’Esprit de ce Royaume, et trouver le bonheur, il n’y a qu’un seul chemin.  Ce chemin il passe par le coeur.  D’abord, le coeur de Dieu qui nous aime en premier, puis le nôtre qui le découvre, et puis le coeur de l’autre qui nous donne de le vivre.  Nous ne savons pas toujours bien aimer ni Dieu, ni soi-même, ni les autres.  Que Jésus nous donne aujourd’hui d’en découvrir de nouvelles facettes.  Qu’il nous donne de risquer l’amour.  C’est son plus grand trésor qu’il dépose en nos coeurs.

André Castonguay, ptre curé

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil