Fabriqué par Raymnond Paris

Réflexions et billets


Une porte ouverte sur le monde

 

Le temps file, il passe vite. Dans une semaine, ce sera Noël. Les magasins sont ouverts, les portes sont toutes grandes ouvertes. Les heures d’ouverture se prolongent pour permettre à tous de se ravitailler et d’avoir le temps de choisir un cadeau pour une personne aimée.

Une fête se prépare. Nous portons pour cette fête de grands désirs et de grands rêves.

Nous la voulons une fête comblée de joie, une fête comblée de paix, une fête comblée de lumière. Le temps file, il passe vite. Dans une semaine, ce sera Noël. Les magasins sont ouverts, les portes sont toutes grandes ouvertes. Les heures d’ouverture se prolongent pour permettre à tous de se ravitailler et d’avoir le temps de choisir un cadeau pour une personne aimée.
 


Une fête se prépare. Nous portons pour cette fête de grands désirs et de grands rêves.

Nous la voulons une fête comblée de joie, une fête comblée de paix, une fête comblée de lumière.

Bientôt se multiplierons les rencontres de fête. Nous nous saluerons mutuellement en disant à peu près ceci : aujourd’hui, ce soir, cette nuit, je viens pour être avec toi. Je te souhaite d’être comblé de joie, de paix et d’amour. Quelle joie, quelle chance, quel cadeau de pouvoir être ensemble.

De nos rencontres va surgir plus de vie. Nos rencontres sont comme une nouvelle naissance. Quand quelqu’un vient me visiter dans ma demeure ou quand quelqu’un m’accueille dans sa propre demeure, je me sens vivre, je vis plus, il y a quelque chose de neuf qui est en train de naître en moi. La vie change, elle se déploie.

Noël qui vient est une porte ouverte sur le coeur.
Noël qui vient est une porte ouverte sur le monde.

L’Évangile du quatrième dimanche de l’avent nous raconte une expérience de visite, une expérience de porte ouverte. Marie reçoit de la visite, une visite surprise. Un ange lui annonce la visite de Dieu dans sa demeure, dans sa vie. Marie accueille avec foi le projet de Dieu. Elle accueille l’enfant qui s’annonce.

L’ange lui dit : je te salue, réjouis-toi, tu es comblée de grâce. En effet, le coeur de Marie est comblé de joie et de grâce. Marie et Joseph reçoivent le premier cadeau de Noël : Jésus qui vient. Ils le font à la manière de tout jeune couple rempli d’amour à qui on annonce qu’ils deviendront parents.

Un jour vient où on annonce à la jeune femme : ça y est, tu es enceinte, un enfant naîtra de toi. Alors, cette jeune femme est comblée de grâce, elle resplendit de joie. Les deux amoureux vont d’abord prendre le temps de goûter cette joie dans l’intimité de leurs coeurs.

Mais bientôt, cette joie va s’ouvrir sur le monde. Les appels téléphoniques vont se multiplier. Les visites vont commencer. Cette bonne nouvelle ne peut demeurer enfermée chez soi. Les portes s’ouvrent pour annoncer aux autres la bonne nouvelle. Quelques mois plus tard, une autre porte s’ouvrira. Ce sera une porte ouverte pour accueillir la vie. Ce sera une porte ouverte vers les bras. Ce sera une porte ouverte sur le coeur.

Nous entrevoyons déjà la joie qu’éprouveront les nouveaux parents de remettre leur enfant dans les bras des grands-parents, des oncles et tantes. Alors, le joie sera �� son comble : tous seront comblés de grâce.

Marie a vécu cette joie le jour où elle a accueilli la visite de l’ange, le jour où elle a accueilli la présence de Jésus. Elle a d’abord ouvert la porte de son coeur pour accueillir la présence de Jésus dans sa propre demeure.

Puis, elle a ouvert la porte de sa demeure pour donner Jésus au monde, pour encore aujourd’hui nous donner Jésus.
Nous aussi, à quelques heures de Noël, ouvrons les portes de nos coeurs et de nos vies. Prolongeons le temps de la visite; prolongeons le temps de la présence. Une bonne nouvelle nous est annoncée : il vient celui qui est l’espérance de l’humanité.
 


Prenons le temps de l’accueillir. Prolongeons les heures d’ouverture de nos coeurs. Nos vies en seront comblées de grâce. L’ouverture de la porte de nos coeurs va automatiquement ouvrir en nous une autre porte : une porte ouverte sur le monde autour de nous. La joie jaillie dans nos coeurs ne pourra y demeurer enfermée. La bonne nouvelle sera partagée. La présence sera multipliée les uns aux autres.

Le temps se fait court. Nous sommes à quelques heures de Noël. Ce temps nous est donné pour bien nous préparer à la fête. Comme Marie et avec elle, profitons de ce temps pour en nous ouvrir une porte sur le coeur, ouvrir une porte sur le monde.

André Castonguay, ptre

 

        Retour à la liste des billets          Retour à l'accueil