Fabriqué par Raymnond Paris

S. Jean 14, 1-12

La pierre symbolise tantôt l’obstacle qui fait trébucher, tantôt la force du rocher qui sert de base et d’appui. Dans le cœur de Dieu, nous sommes des PIERRES VIVANTES qui, tous ensemble, formons la maison de Dieu. Et là, chaque pierre est différente par sa forme, sa couleur, sa taille. Ce sont ces pierres différentes qui donnent la beauté à l’édifice.

 

L’Église que nous formons tous ensemble sera belle, et se tiendra debout, si chacun respecte l’autre, lui permet d’occuper sa place. Ces pierres vivantes que nous sommes en tant que disciples prennent toute leur valeur lorsqu’elles se cimentent l’une à l’autre par la charité, par l’amour. La véritable beauté de l’Église ne sera jamais dans l’éclat de ses édifices mais dans la richesse des pierres vivantes que nous sommes.

 

D’où l’importance d’être ensemble pour prier, chanter, célébrer, non pas seuls, les uns à côté des autres, mais les uns avec les autres. Car ensemble, comme le proclame la lettre de Pierre, nous sommes la race choisie, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu. Et chaque pierre a son importance, qu’elle soit petite ardoise plate ou grosse roche arrondie. Aux yeux de Dieu, toutes sont utiles et occupent une place essentielle dans l’édification de sa maison. Si nous avons une telle importance, ce n’est pas à cause de nos mérites personnels, mais parce que c’est le grand Contremaître de l’univers qui nous a choisis et établis pierres vivantes de sa Maison.

 

En effet, Dieu s’est engagé vraiment en nous créant fils et filles bien-aimées. Il nous redit : Tu as du prix à mes yeux et je t’aime. Il nous invite à la confiance car, au terme de notre vie, il nous attend dans sa maison du ciel, où il nous dira : Viens, je t’attendais, j’ai une place pour toi, petite pierre que tu as été dans mon Église.

 

Résumé de l’homélie de Jean Tardif, d.p.

SCG 29 mai 2011