Fabriqué par Raymnond Paris

 

Le personnage de Pierre révèle à quel point Jésus s’entoure de gens à la fois bons et limités, pour répandre sa manière de penser et de vivre. Pierre est quelque peu entêté, astineux, peureux; il renie son ami sans trop d’hésitation. Mais c’est aussi un cœur d’or, un passionné prêt à sauter à l’eau pour rejoindre son maître. Il nous ressemble en bien des points.

 

Le voilà chargé de mener la barque de l’Église. L’histoire nous apprend que le frêle personnage de Pierre le pêcheur a eu comme successeurs des hommes qui ont transformé la petite barque en un paquebot, avec le pouvoir politique que s’est arrogé la papauté au cours des siècles. Le dernier pape roi fut Pie IX, au 19e siècle. Et la victoire de l’Italie contre les États pontificaux a été le début d’une bénéfique purification. L’Église accomplit bien son rôle quand elle se colle à l’évangile et aux petits de ce monde, et non aux puissants.

 

On ne refait pas l’histoire. Mais on peut repenser sereinement la manière de vivre en Église, avec la foi de Pierre, son amour sincère de Jésus, en qui il reconnaît le Fils de Dieu. Vivre en Église c’est s’engager à construire le bonheur des autres, à l’exemple de Celui qui a tout donné pour nous amener chez Dieu.

 

Vivre en Église, c’est se faire confiance mutuellement, et compter sur l’Esprit du Ressuscité qui anime chacune et chacun, et pas seulement les pasteurs. Vivre en Église, c’est entretenir l’inspiration du libérateur, qui veut que nous soyons ensemble, dans la dynamique des béatitudes, des porte-flambeaux de la tendresse de Dieu.

 

Avec un Dieu très humain, nous apprenons à aimer tous les humains, sans distinction de couleur, de race, de religion, de fortune, de santé, d’intelligence. Avec un Dieu très amoureux des plus démunis, nous apprenons à accueillir les gens qui ont mauvais caractère et qui nous énervent, car Lui les serre très fort dans ses bras divins.

 

Jean Desclos

 

 

SCG 4 juillet 2010