Fabriqué par Raymnond Paris

UN ROI POUR LA VICTOIRE DE LA VIE PAR LA MORT

                                            La Passion de Jésus Christ :  Mattieu 26,14 – 27,66

 

Méditer la Passion du Christ ou en écouter un film, c’est revoir toutes les formes du mal et de la souffrance dans notre monde. Impossible de les évoquer toutes ici. Pensons entre autres à ces victimes de la volonté de domination, de la guerre, affamées et enfermées dans des camps de réfugiés; ces millions d'êtres humains torturés, exclus, exploités pour produire l’argent des riches; ces jeunes sans travail et sans avenir...Contre toutes ces situations, Jésus n’a pas cessé de parler pour interpeller le cœur humain. Il entre à Jérusalem royalement afin de dire au monde que la vie ne mérite pas d’être vécue ainsi. Il faut être au service des autres.

 

Célébrer la fête des Rameaux n’est pas juste une histoire pour penser à la souffrance de Jésus Christ une fois l’an. Comme le disait Pascal : "Jésus Christ sera en agonie jusqu'à la fin du monde." Et c'est aujourd'hui que Jésus souffre ; c'est aujourd'hui qu'il meurt ; c'est aujourd'hui qu'il poursuit le combat contre le mal sous toutes ses formes. Il faut être éveillés et ne pas laisser la  méchanceté, la haine, ses petites idoles prendre le dessus. Il ne faut pas laisser mourir le juste innocent comme le fait cette foule de personnages qui se met du côté du méchant Barrabas. Jésus, qui ne se fait pas arrêter par surprise, appelle, comme lui, à mener le combat contre tout ce qui défigure notre humanité, que ce soit la maladie, le mensonge ou l’individualisme.

 

Dans ce combat, ne jamais se sentir seul ! Sur la croix, notre Maître a vite retrouvé le chemin de la confiance totale en son Père. "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?’’ Dans la confiance, une libération approche. Et tout cela ne se termine pas un vendredi soir sur la croix. La Passion se continue au matin de Pâques, quand des disciples se lèvent pour dire : "Il était mort, mais il est vivant. C'est nous qui avons gagné."

Brandir les rameaux pour notre Saveur nous invite à ne pas être indifférents ou neutres. Demandons-nous de quel côté nous sommes ? Du côté de la méchanceté, des injustices, de la discrimination, de la haine, du mépris de l'autre, ou du côté de ceux qui construisent un monde meilleur? La Passion nous montre que tout ce que nous faisons  pour les  autres, par amour, est condamné en fin de compte à produire de la vie, celle qui réhabilite le démuni, le malade, l’étranger, le laissé pour mort au bord du chemin. Dieu ne peut pas rester dans la mort. Continuons avec Jésus à lutter contre les détresses de notre monde. Telle est notre vocation, en tant que disciples du Crucifié.

 

 

Valentin Malundama

24 avril 2011