Fabriqué par Raymnond Paris

 

DIEU… LE TOUT-PUISSANT INCAPABLE ?

A quelques jours de la fête de Noël, ce qui arrive à Jean-Baptiste nous aide à réfléchir sur l’identité de Jésus. Comme Hérode l’a enfermé suite à une affaire d’adultère, le Baptiste se dit s’être trompé d’avoir présenté Jésus comme le Messie. Il  se sent méprisé par cette puissance divine qu’il a proclamée avec conviction. Quand, de la prison, il lui pose la question de savoir si c’est lui ou un autre qui doit venir, cela montre qu’il s’attache au triomphe social et politique qu’attendait son peuple.

 

Nous sommes nous-mêmes dans une situation analogue à celle de Jean. Après deux mille ans de christianisme, Jésus est-il toujours «celui qui doit venir» pour l’humanité du 21ème siècle ? Le triomphe de la justice, la fin des antagonismes, la paix durable, le respect de l’écosystème, c’est quand ? Un monde sans tueries, sans génocides, sans enquêtes policières, sans commissions d’enquêtes, le verrons-nous un jour? 

 

Bien des personnes par leur courage et leur détermination nous en montrent le chemin, mais souvent elles sont dérangeantes, incomprises et certaines meurent de façon violente. On n’aime pas être dérangé. Mais on veut tout, et tout de suite, peu importe les moyens. Alors la paix souhaitée n’est pas pour demain ! Le monde reste imparfait, avec ses situations horrifiantes, presque inhumaines. Dieu ne nous entend-t-il pas ? Ne peut-il pas intervenir pour faire le grand nettoyage?  

 

Écoutons la réponse du Messie mal compris : le Royaume de Dieu ne se construit pas à partir d’un triomphalisme politique ou militaire. En faire partie c’est se mettre du côté de la non-violence et, patiemment, s’occuper des pauvres, des aveugles, des lépreux…car Dieu est tout entier miséricorde, en alliance avec les victimes du mal qui empoisonne notre monde. Sa puissance en nous se nomme Esprit. L’Esprit nous permet d’utiliser tout ce qui nous arrive pour manifester le règne divin d’amour, de justice et de paix. Pourquoi attendrions-nous un autre messie ou pourquoi ne croirions-nous pas que le Royaume de Dieu est dans notre cœur ? Le Seigneur veut se faire présent en nous. Il nous invite à témoigner de sa venue en imitant la manière d’agir de Jésus. C’est le signe que Dieu nous accueille et nous remet en marche. Les signes messianiques sont là : guérisons de corps brisés et des infirmités spirituelles. Telle est la mission même de notre communauté : donner une vie nouvelle à des frères démunis ou des sœurs qui meurent de l’intérieur pour leur ouvrir un avenir différent. La promesse de salut s’accomplit avec notre concours, en portant notre croix.

Valentin Malundama

SCG  19 déc. 2010  


           Retour à l'accueil          Retour commentaire d'évangile